Étudiant.e.s

Roberto Colin

Roberto Colin est candidat à la maitrise à l’École des sciences de la gestion de l’université du Québec à Montréal. Ses recherches actuelles portent sur la transition énergétique, plus spécifiquement sur la gouvernance de la transition énergétique au Québec. Roberto possède un baccalauréat en développement durable, avec une concentration en économie de l’environnement de l’université Laval. 

Sébastien Côté

Sébastien Côté est candidat à la maîtrise en sciences de la gestion à l’Université du Québec à Montréal. Sa spécialisation est la responsabilité sociale et environnementale des organisations. En ce moment il contribue au volet à propos de l’intelligence artificielle de la recherche sur l’acceptabilité sociale dirigée par Corinne Gendron. Ses centres d’intérêt sont également le développement durable, l’économie sociale et la gestion des opérations. 

Jenny Paola Cruz

Jenny Paola Cruz est biologiste et candidate au doctorat en sciences de l’environnement à l’UQAM. Sa recherche porte sur la transformation locale des discours et pratiques concernant le développement durable par les communautés paysannes en Amérique latine.

Geneviève Dugré

Geneviève Dugré est titulaire d’un baccalauréat en communication et d’une maîtrise en sociologie. Elle a également réalisé des programmes cours de deuxième en éducation relative à l’environnement et en pédagogie de l’enseignement supérieur. Elle termine une maîtrise en éducation et a effectué des études de troisième en sociologie et en science politique. Elle a travaillé depuis une dizaine d’années en recherche sur des sujet diversifiés (travail, santé mentale, arts et culture, éducation, etc.). Elle a un intérêt particulier pour la sociologie politique et l’articulation entre démocratie et mouvements sociaux. Dans le cadre particulier de cette recherche, elle s’intéressa plus particulièrement aux enjeux éthiques et politiques relatifs à l’intelligence artificielle. Cela est d’ailleurs complémentaire à son implication à l’École des médias de l’UQAM où elle réalise actuellement des recherches sur l’automatisation des discours politiques ainsi que sur les concepts de « prosumer » et de « crowdsourcing ». Elle est également agente de recherche pour l’Observatoire interuniversitaire sur les pratiques innovantes d’évaluation des apprentissages et auxiliaire d’enseignement dans plusieurs disciplines. En parallèle à ces activités académiques, elle compte plusieurs années d’expérience dans le milieu communautaire et s’implique dans le mouvement écologiste ainsi que sur certains enjeux urbains.

Charles Duprez_CRSDD

Charles Duprez

Charles est étudiant à la maîtrise en Responsabilité Sociale et Environnementale à l’ESG UQÀM. Il détient une maîtrise en management avec une spécialisation en marketing digital de l’IÉSEG School of Management en France. Il s’intéresse à l’évolution de la société et aux nouvelles formes de l’économie et réalise un mémoire sur les mécanismes de redistribution des richesses dans une économie post-croissance. Charles travaille également au Network for Business Sustainability (NBS) où il occupe un poste de responsable de la stratégie digitale et de l’engagement RSE. Enfin, Charles écrit des articles pour des agences et des médias en France sur des sujets qui ont trait à l’écologie politique et au développement durable.

Élizabeth durand

Élizabeth est étudiante à la maîtrise en Responsabilité sociale et environnementale à l’ESG UQAM. Elle détient un baccalauréat en psychologie, avec une spécialisation honors en neuropsychologie, ainsi qu’un certificat en ressources humaines et en comptabilité. Elle fait partie de l’équipe de recherche sur l’acceptabilité sociale de Corinne Gendron. Évoluant depuis quelques années dans le milieu des coopératives, Élizabeth a eu l’occasion de réaliser l’importance de l’imbrication du social dans les entreprises. Elle s’intéresse d’ailleurs particulièrement aux nouveaux mouvements sociaux qui découlent de la remise en question du rôle des communautés dans la sphère politique. Elle travaille présentement sur la participation sociale dans le milieu municipal, plus particulièrement sur l’augmentation du pouvoir d’agir des citoyens via la participation citoyenne de style bottum-up.

Pierre-Luc Fortier

Bachelier en administration des affaires, Pierre-Luc est candidat à la maîtrise en responsabilité sociale et environnementale. Dans le cadre du projet de recherche Dialogue social et configuration des instances démocratiques intermédiaires : de l’acceptabilité sociale à la démocratie participative. Il est en charge du volet sur l’industrie de nanotechnologies et s’intéresse plus spécifiquement sur l’absence de débat public lors du développement de cette industrie au Québec.

Ariane Gendron CRSDD

Ariane Lacasse-Gendron

Bachelière en administration des affaires de l’Université du Québec à Montréal, Ariane Lacasse-Gendron a acquis des connaissances du milieu municipal lors de son certificat en gestion urbaine et immobilière à l’Université Laval. C’est dans le cadre de ses études au premier cycle qu’elle s’est originellement intéressée au développement durable et à la responsabilité sociétale. Elle amorce sa maîtrise en sciences de la gestion à l’UQAM, dans la spécialité Responsabilité sociale et environnementale. Ariane a intégré l’équipe de recherche en responsabilité sociale et développement durable dirigée par Corinne Gendron au début janvier 2020. Ses centres d’intérêt sont principalement la condition animale dans la société ainsi que l’étude des dynamiques du débat public. Son mémoire porte sur l’opinion publique à l’égard de l’utilisation des chevaux dans l’industrie récréotouristique.

Benoit Genest

Le parcours de Benoit Genest est hétéroclite. Ayant débuté ses études universitaires en philosophie, il est titulaire d’un baccalauréat (UQÀM) et d’une maîtrise en philosophie (recherche) de l’Université de Montréal qui a été financée par le FRQSC. Après ce passage qui l’a amené à approfondir la philosophie allemande du 19e siècle, Benoit a bifurqué vers la gestion avec une seconde maîtrise à l’École des hautes études commerciales (HEC Montréal) en management. Cité au Tableau d’honneur, Benoit a commencé à s’intéresser à l’économie sociale, au développement durable et à la responsabilité sociale des entreprises. Depuis l’automne 2018, il est inscrit au doctorat en administration à l’ESG où il travaille sous la supervision de Nicolas Merveille. Ses travaux en cours concernent la responsabilité des employeurs dans la création d’initiatives en mobilité durable. Sa contribution au regroupement concerne surtout les enjeux d’acceptabilité sociale entourant l’émergence de l’économie collaborative. En outre, Benoit continue de collaborer avec le Centre interdisciplinaire d’opérationnalisation du développement durable (CIRODD) et il effectue depuis février 2019 un stage Mitacs auprès de Jalon Montréal, une organisation chargée de mettre sur pied des solutions de transports électrifiés et intelligents. Récipiendaire de la Bourse à la mobilité FRQNT-CIRODD, il effectuera dès septembre 2019 un séjour de recherche à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée.

Antoine Gnohou

ANTOINE GNOHOU est titulaire d’ un baccalauréat en Urbanisme et d’ une maîtrise en développement local et régional de l’Université de Montréal.ANTOINE GNOHOU prépare en ce moment un doctorat en sciences de l’environnement à l’Université du Québec à Montréal. Il travaille sur l’effectivité des règlementations environnementales. Son sujet de recherche s’intitule: étude des enjeux d’implantation des règlementations environnementales dans les entreprises: le cas des installations classées en Côte d’Ivoire

Carole Angelina Ouédraogo

Carole Angélina OUÉDRAOGO est titulaire d’un Master en Management de l’Environnement et du Développement Durable de l’Université Aube Nouvelle (U-AUBEN) au Burkina Faso et est membre fondatrice du Club Environnement et Développement Durable (CEDD U-AUBEN). Elle complète actuellement un doctorat en Sciences de l’environnement à l’Université du Québec À Montréal et questionne l’éthique de l’acceptabilité sociale, visant à établir les jalons pour des choix libres dans les processus décisionnels sur les projets majeurs. Dans ses recherches antérieures, elle a notamment travaillé sur l’acceptabilité sociale des grands projets au Burkina Faso, les villes durables, l’évaluation des modalités des processus décisionnels et la proposition d’approches et démarches socialement acceptables des projets dans la perspective du développement durable. Ses intérêts de recherche portent également sur les stratégies gouvernementales en matière de responsabilité sociale et environnementale de l’entreprise dans la perspective du Programme 2030 et des Objectifs du développement durable des Nations Unies.

Jean-David Perron

Après l’obtention d’un B.A.A en gestion du tourisme et de l’hôtellerie en 2018 de l’ESG UQAM, Jean-David poursuit au sein du même établissement ses études au deuxième cycle, cette fois à la maîtrise en responsabilité sociale et environnementale des entreprises. Il poursuit actuellement une recherche sur la viande de synthèse et les discours associés à l’émergence de nouveaux aliments.

Fabienne Rioux Gobeil

Après avoir obtenu son diplôme de baccalauréat en géographie à l’UQAM en 2017, Fabienne entame sa maîtrise en sciences de l’environnement. De 2016 à 2017 elle fait un stage en aménagement forestier pour les Aménagements écozones dans lequel elle apprend à élaborer des plans d’aménagement du territoire. Lors de l’été 2018, elle part en Bolivie pour faire un stage de coopération internationale spécialisé en gestion de l’eau et adaptation aux changements climatiques. Depuis septembre 2018, elle fait partie de l’équipe de recherche sur la transition énergétique, au sein de laquelle elle est coordonnatrice de projet. Cela lui permettra de faire un stage de recherche à l’été 2019 à l’INERIS, sur le développement de la filière de la méthanisation en France.

Mandy Veillette

Détentrice d’un baccalauréat en biologie de la faculté des sciences environnementales et agricoles de l’université McGill, ainsi que d’un baccalauréat en Droit de l’Université de Montréal, Mandy a effectué son stage du barreau en tant que procureure pour la Ville de Montréal, où elle a travaillé sur plusieurs dossiers en matière criminelle et pénale, dont en environnement. Intéressée par la jonction entre le droit, l’environnement et la public policy, elle s’est jointe à l’équipe de recherche sur l’acceptabilité sociale de Corinne Gendron en décembre 2018, dans le cadre de sa maîtrise en sciences de l’environnement à l’UQÀM. Ses expériences professionnelles et son parcours académique diversifiés faisaient d’elle la candidate idéale pour l’étude des institutions de démocraties intermédiaires, qu’elle débutera d’ailleurs, à la Commission Nationale du Débat Public, à Paris, à l’été 2019.